Confinement lié à l’épidémie de Coronavirus : le vélo libérateur des transports en commun ?

Une situation exceptionnelle implique des mesures exceptionnelles. La France a été mise sous cloche et nous sommes beaucoup à travailler à distance en “full remote” soit 100% de télé-travail. En cette période de confinement, les Français sont  autorisés à se déplacer pour certains motifs bien précis : faire les courses, aller à un rendez-vous médical, rendre visite à un proche malade ou encore pratiquer une activité physique. Pour ces quelques déplacements indispensables, nous avons le choix entre la voiture, les transports en commun, la marche, si la distance nous le permet, ou bien le vélo. Mais si l’on veut cocher les cases de praticité, de besoins physiologiques et environnementaux, il s’avère que le vélo puisse être la solution.

Nous avons passé en revue les questions qui vous tracassent en ces jours de confinement et vous expliquons pourquoi le vélo est une bonne option, et ce surtout dans le contexte du COVID-19.

Un des meilleurs moyens pour aller faire ses courses pendant le confinement

Faire les courses n’a jamais été aussi excitant puisqu’il s’agit d’un des seuls déplacements autorisés. Encore faut-il se demander comment y aller et comment minimiser le risque d’exposition. Il existe plusieurs raison pour lesquelles le vélo est intéressant. 

La crainte des transports

Dans le contexte actuel, le mode de déplacement que l’on craint le plus est sans doutes les transports en commun. En effet, 81% des Français interrogés pour un sondage Elabe ont manifesté leur inquiétude de la propagation du virus dans les transports. Il s’agit d’un véritable nid de bactéries où barres de maintien, sièges et boutons pour ouvrir les portes des wagons sont sources d’anxiété. Il est également difficile de maintenir le mètre de distance de sécurité entre passagers, ce qui n’empêchera donc pas une éventuelle propagation. C’est ce qu’on appelle la distanciation sociale. D’ailleurs le ministre de la santé en Allemagne, où certaines régions se confinent, recommande fortement le vélo. Il s’agit justement de détourner les Allemands des transports en commun et faire appliquer ce concept de social distancing.

De plus, les mesures de confinement ralentissent la plupart des activités, dont celle du trafic ferroviaire. Par exemple, la RATP annonce deux métros sur trois ainsi qu’une circulation de 60% à 70% des trains en Ile-de-France.

La voiture à l’origine de la saturation des parkings et la pollution

Par conséquent, la voiture semblerait être la façon la plus protectrice pour aller faire ses courses. Bien qu’elle permet le déplacement tout en étant enfermé, la voiture requiert du temps et de l’énergie pour pouvoir trouver une place de stationnement en ville.

De plus, le véhicule génère de la pollution par ses émission de carbone. Or selon des études, qui n’ont pas été confirmées à date, il existerait un lien étroit entre les villes polluées et la propagation de virus respiratoires tel que le Covid 19. La pollution pourrait donc agir en faveur de l’épidémie du coronavirus. En parallèle, on a constaté de très grands progrès au niveau des empreintes carbones depuis la crise sanitaire. L’usage du vélo pourrait donc favoriser son maintien tout en évitant la prise de risques supplémentaires.

Les magasins de cycles ouverts

Étant un moyen de mobilité personnel, sans contraintes en terme de places de stationnement et respectueux de l’environnement, le vélo est une solution pratique et rapide pour se rendre au supermarché du coin. D’ailleurs, parmi les multiples commerces ayant baissé les rideaux, on constate que des magasins de cycles restent ouverts, ce qui nous laisse penser que le gouvernement perçoit le vélo comme une opportunité pour limiter les risques de propagation.

Un moyen de faire son sport en plein air pendant le confinement

Concilier confinement et sport, c’est possible en intérieur mais aussi en plein air. Les mesures prises par le gouvernement autorisent les sorties ayant pour motif la pratique d’une activité physique à distance raisonnable du domicile principal. Certaines conditions doivent néanmoins être respectées telles que la pratique du sport dans un lieu peu fréquenté et avec le maintien de la distance requise. Comme expliqué plus haut, le vélo permet justement de respecter la distanciation sociale contrairement à la marche ou la course à pieds. 

De plus, le pédalage est un excellent exercice cardiovasculaire et vous fera facilement oublier votre vélo elliptique de la salle de sport. Sans oublier qu’il permet de revoir le jour et redécouvrir sa ville tout en prenant l’air.

Une solution post-confinement ?

Etant donné la situation actuelle, nous l’avons bien compris, les transports en commun restent le moyen de transport redouté par les Français. Mais qu’en sera-t-il une fois le confinement terminé ? Alors que la France et plusieurs autres pays dans le monde l’ont récemment mis en place, la situation en Chine revient peu à peu à la normale. Néanmoins, les Chinois évitent les transports en commun pour minimiser leur exposition au Covid-19. Le gouvernement déconseille également de les prendre à des heures de pointe. Par conséquent, les entreprises vont devoir s’adapter à ces changements d’habitudes et mettre en place des dispositifs favorisant le télétravail et des nouvelles offres de mobilité. Or, après une surconsommation, le télétravail risque de ne plus être aussi efficace et demandé par les salariés. Quant aux propositions de mobilités alternatives, elles peuvent être appréciées en réponse à des craintes naissantes envers les transports en commun et surtout dans le cadre contextuel d’une épidémie.

Une question ? Nos experts vous renseignent gratuitement !