Revue de presse : la mobilité passe au tout électrique

Zenride   •   Mardi 23 juillet 2019

Revue de presse 23/07/2019

Toutes les semaines, retrouvez votre nouveau rendez-vous quotidien sur l’actualité de la mobilité made in Zenride ! Au programme :

  • La galère des entreprises de la mobilité
  • L’enfer des transports en commun l’été 
  • Le développement de l’électrique

Le trou financier de la mobilité

Nous commençons par le virage stratégique à 90 degrés, pris par la SNCF  que nous révèle le journal Le Monde. Elle vient de décider de “mettre un terme définitif à une aventure de sept ans dans “les nouvelles offres de mobilités””. Le journal nous explique que le groupe ferroviaire a tenté de se positionner sur tous les secteurs du transport de personnes. Une stratégie à perte avec, en première position, les “190 millions d’euros de déficit” de Ouibus, accumulés depuis 2012. Exit le covoiturage ou la location de voiture pour particulier, la célèbre entreprise ferroviaire a retrouvé son rail. 

Des pertes, les opérateurs de trottinettes électriques en connaissent également, on pourrait même parler d’hécatombe ! Cinq d’entre eux ont déjà annoncé leur retrait du marché parisien, nous explique Les Echos, victimes des dégradations et de la concurrence.

D’ailleurs l’effet écologique de ces appareils partagés est de plus en plus remis en question. Toujours dans Les Echos, nous apprenons que la durée de vie des trottinettes ne permet, pour le moment, ni d’être rentable économiquement, ni d’avoir un réel apport écologique. Autant de défis que la mobilité partagée n’est pas encore parvenue à surmonter. 

Pourtant, les utilisateurs pourraient être nombreux cet été, la faute aux chantiers de rénovation dans les transports en commun d’île de France. France Inter donnait la parole aux usagers du réseau de transport francilien, déboussolés par les travaux sur la ligne 6 ou sur le RER A. Les difficultés sur le réseau se multiplient notamment pour les travailleurs, perdus face à des itinéraires qu’ils ne trouvent pas bien indiqués. En attendant le 2 septembre, date de fin des travaux, il va falloir patienter, et s’accaparer de nouveaux moyens de déplacement.

Vélo ou voiture, tout le monde passe à l’électrique !

Alors comment faire quand les routes sont bouchées, les bus bondés ou que le métro et le RER sont fermés ? Le vélo semble être la bonne solution lorsque l’on en a la possibilité, principalement, le vélo électrique. Et cocorico, comme nous l’explique l’auteur américain Eben Weiss, la France a plusieurs années d’avance sur les Etats-Unis en terme d’aide à l’achat à un vélo électrique. 

Surtout, l’écrivain nous rappelle l’avantage écologique de ce type de transport comparé à la voiture, pourtant si souvent utilisée pour des trajets de moins de 9 kilomètres. Il préconise ainsi de diminuer le nombre de voitures sur les routes, plutôt que de chercher à tout prix à les remplacer par des modèles électriques. Cela n’empêche pas les constructeurs d’investir énormément dans ce type de véhicule. Fin 2018, on retrouvait 60 voitures électriques sur le marché. En 2021, ce nombre atteindra les 214 nous révèle Le Monde ! Un choix bien plus large pour les consommateurs mais qui ne réglera pas les problèmes d’engorgement des villes.  Pourtant, comme l’ont testé les journalistes du Parisien, la voiture perd un temps considérable dans les embouteillages en ville par rapport au vélo. 

De toute manière ces voitures électriques ne s’imposeront peut être jamais sur nos routes prévient le rapport de Transport & Environnement. Des prévisions qui montrent un déclin de la voiture qui semble inéluctable.

Alors que le débat politique semble donc être tourné vers le remplacement des voitures thermiques par des véhicules dits “propres”, le vélo, et surtout le vélo électrique pourrait bien être la solution la plus écologique et économique pour venir à bout des problèmes d’engorgement des réseaux de transports en ville.  L’été peut d’ailleurs être une excellente occasion de se laisser tenter 👇