Revue de presse : le vélo, meilleure alternative à la voiture ?

Zenride   •   Mardi 13 août 2019

Revue de presse : le vélo, meilleure alternative à la voiture

La chanson d’Yves Montand pourrait revenir à la mode avec le retour de la bicyclette sur les routes. C’est même une nécessité. Dans une tribune publiée sur Le Monde, Frédéric Héran rappelle qu’il ne sert à rien de favoriser l’usage de la voiture en zone urbaine. Les études sur le sujet prouvent que plus on libère de l’espace pour les automobiles, plus elles ont tendance à le remplir. C’est à dire que la congestion du trafic ne cessera jamais dans ces zones très peuplées. Seule solution, le limiter et aménager l’espace en faveur de moyens de transports propres et plus petits comme le vélo. 

Bruxelles l’a très bien compris, puisque selon l’Echo, la capitale belge souhaite enlever 65 000 places de parking. Une mesure forte mais nécessaire pour réduire le trafic 

En effet, “ la voiture est à l’origine de 50 % à plus de 60 % de la pollution de l’air dans les grandes agglomérations” explique Jocelyne Just dans Le Monde. Selon la pneumologue et chef du service d’allergologie pédiatrique à l’hôpital Armand-Trousseaud à Paris, c’est une des premières causes du développement de plus en plus fréquent de l’asthme, ou des maladies auto-immune. Ce sont ainsi surtout les enfants qui sont impactés par cette pollution. La situation est donc préoccupante. 

Et les services de VTC ont ils réussi à diminuer le trafic ? Bien au contraire, ils accentuent même la congestion. Une étude, commandée par Uber et Lyft, montre leur part de responsabilité dans les embouteillages. Certes les géants du VTC tentent de minimiser leur implication comme le révèle les Echos. Cependant, il est bien spécifié qu’ils ont largement participé à augmenter le trafic en centre-ville. Par exemple, seulement 58% des déplacements des chauffeurs sont effectués avec un passager ! 

Le vélo pour libérer les routes !

En France, les villes prennent de plus en plus conscience des enjeux climatiques et font leur “vélorution”. Dans le Monde, nous apprenons que La métropole Montpelliéraine va par exemple investir 10 millions d’euros dans les pistes cyclables. Des millions qui devaient initialement être alloué au Stade Louis Nicollin, mais qui participeront finalement à lutter contre les embouteillages et la congestion des routes. 

A Thionville, en Moselle, on parle également du développement du vélo électrique, dont les ventes augmentent en flèche. Il permet à de nombreux actifs de remplacer leur voiture et de garder la forme comme l’explique le Républicain Lorrain. 

Nos contrats de location sont éligibles à la réduction fiscale

Découvrez le vélo électrique de fonction !

Des zones rurales délaissées 

Les routes sont congestionnées en ville, mais les offres de transports en commun sont très développées, et la possibilité d’utiliser le vélo ou d’autres modes de transport sont de plus en plus répandues. A l’inverse, en campagne, les habitants souffrent du peu de possibilités qui leur sont attribuées.

Un usager de transport en commun dans le rural doit par exemple attendre en moyenne 112 minutes entre ses transferts pour se rendre dans une ville à moins de 50 km de leur domicile. C’est bien plus qu’en Espagne ou qu’en Allemagne. France Info révèle ainsi un manque de dialogue entre les différents acteurs qui ne permet pas à ces zones d’être bien desservies. Résultat, la voiture va 5 fois plus vite qu’un trajet en transport en commun.

Ainsi, dans ces territoires, la question du vélo ou des transports en commun ne se pose pas, signe d’un problème d’égalité territoriale. Des territoires finalement prisonniers dans leur mobilité, bien loin de la liberté recherchée avec la voiture.

Découvrez Zenride !