Smart city : que choisir entre mobilité partagée et vélo de fonction ?

Zenride   •   Lundi 18 mars 2019

Zenride blog Smart city - que choisir entre mobilité partagée et vélo de fonction

Les nouveaux modes de transports alternatifs ne cessent de se développer dans les grandes villes. Vélos, scooters, trottinettes souvent en libre service, avec ou sans abonnement sont présentés comme des alternatives à l’engorgement des transports et à la sur-utilisation de l’automobile. Néanmoins, ces modes de déplacement présentent des avantages comme des inconvénients, et il est parfois plus avisé de choisir un mode de transport alternatif individuel plutôt que collectif.

Afin d’apporter plus de clarté sur ces nouveaux moyens de déplacement, il convient de dresser le bilan et de comparer ces derniers avec une solution connexe ayant le vent en poupe : le vélo électrique de fonction.

Le vélo électrique de fonction moins cher que les solutions motorisées en libre-service

La trottinette électrique est sans doute le moyen de transport le plus visible ces derniers temps dans les grandes villes. Mais si on en voit dans chaque rue, rares sont ceux les utilisant dans leurs trajets journaliers. Et pour cause, le coût d’une utilisation quotidienne peut vite grimper. Avec un prix de location à 1 euros le déblocage puis 15 centimes par minute pour les trottinettes de l’entreprise Lime, un trajet revient en moyenne à 2 ou 3 euros. Aussi, pour un aller-retour sur son lieu de travail, il faut débourser 6 euros par jours soit entre 100 et 120 euros par mois.

Le scooter électrique en libre-service, revient relativement au même prix, voire un peu plus cher. Si on prend par exemple le tarif des scooters Cityscoot, il est fixé à 4 euros jusqu’aux 30 premières minutes, puis un euro de plus pour les 10 minutes supplémentaires. Soit des trajets domicile-travail quotidien à environ 8 euros par jour ou 150 euros par mois.

Le vélo en libre-service est sans conteste le plus économique de ces moyens de transport. Si l’on prend par exemple les tarifs annuels de l’utilisation des Velib à paris, il faudra compter entre 29 et 38 € pour le prix d’abonnement du vélo traditionnel, auxquels s’ajoute une caution de 300 euros.

Le vélo électrique de fonction Zenride est une alternative intéressante d’un point de vu budgétaire. Contrairement aux moyens de transports en libre-service, vous êtes le seul utilisateur de vélo qui est mis à votre disposition par votre entreprise. Pour environ 35€ / mois vous bénéficiez d’un vélo électrique sur-mesure ainsi que de services de maintenance, assurance et assistance. Seules les pièces d’usures sont à votre charge et sont consommées en fonction de votre usage personnel et non de celui des autres.

Catch phrase CTA Blog Zenride

Les vélos de fonction sont strictement personnels…

Découvrez le vélo électrique de fonction !

Les solutions en libre-service moins rapides que le vélo électrique

En termes de vitesse en ville, le scooter électrique semble à première vue la solution la plus rapide. En effet, que ce soit à vélo électrique ou à vélo en libre-service, le cycliste pourra se déplacer à une vitesse comprise entre 16 et 25 km par heure. Concernant la trottinette électrique, l’entreprise Lime a bridé sa flotte à 24km/heures. Or, le scooter, domine avec une vitesse de pointe de 45km heure en ville.

Cependant, il faut prendre en compte le temps réel de trajet et pour cela inclure le temps de retrait des scooters, vélos et trottinettes à libre disposition. Dans les faits, le manque d’équipements et l’éloignement des bornes allongent considérablement le temps de trajet et à ce titre, le vélo électrique de fonction apparaît comme la solution la plus rapide des modes de transports étudiés.

Le vélo électrique de fonction, une solution bien plus fiable

En termes de praticité, les solutions en libre-service ont l’avantage d’être peu encombrantes et très flexible. Il n’y a à se préoccuper d’aucun entretien et on peut décider d’en utiliser un à n’importe quel moment, sans être engagé financièrement, et sans se soucier des problématiques de parking, ou presque.

Il est vrai que concernant ce dernier point, les modes de transport en libre-service sont tributaires de l’offre et de la demande. Les utilisateurs se plaignent constamment de l’insuffisance du nombre de bornes et d’équipement qui pose problème tant pour trouver que pour garer un engin.

A cela s’ajoute des horaires et des zones géographiques contraignantes, notamment pour les scooters et trottinettes électriques qui ne sont pas disponibles la nuit et dont l’utilisation est limitée à un territoire souvent réduit à l’ultra centre-ville.

La question du vandalisme et de la législation pèse également dans la balance, en effet, la loi est hésitante sur la possibilité pour les trottinettes électriques de rouler ou non sur le trottoir, et il existe un nombre hallucinant de dégradations tous équipements confondus.

A ce titre, le vélo électrique de fonction, qu’il suffit juste de sortir de chez soi, bien qu’il faille s’occuper de l’entretien et le garer semble largement plus pratique sur le long terme. On ne saurait dénier les bienfaits du développement des modes de transports collectifs, mais ils constituent davantage une solution d’appoint qu’un mode de transport quotidien.

Découvrez Zenride !